lundi 26 juin 2017

A mi-mandat, le compte n’y est pas



Après 3 années à la tête de la ville, quel bilan tirer de l’action de Serge Babary et son équipe ?
Cette première moitié de mandat était d’abord marquée par la faiblesse des investissements réalisés depuis 2014.  De ce fait, très peu de projets nouveaux ont été initiés et mis en œuvre à ce jour. Plusieurs grands projets, lancés sous la précédente majorité, sont aujourd’hui à l’arrêt ou affichent des retards conséquents (Haut de la Rue nationale, Casernes Beaumont- Chauveau, ilot Vinci…).

Nous avons régulièrement alerté sur les choix de la municipalité qui pénalisent le monde associatif tourangeau : la baisse des subventions, conjuguée à la suppression du principe de gratuité des salles municipales, met en péril l’activité associative à Tours.

Fréquemment, l’absence de communication et d’explications sur les initiatives prises par l’équipe municipale génèrent des crispations et mécontentements.  La mobilisation des riverains de l’avenue Jouhanneau ou des parents d’élèves de l’école maternelle Jean de la Fontaine ainsi que des échanges parfois difficiles avec les habitants lors de réunions publiques illustrent ce constat.

Sur le dossier de la cuisine centrale, les intentions de la mairie ne sont pas clairement assumées, suscitant l'inquiétude du personnel et des parents d'élèves qui craignent une future privatisation de ce service public, l’une des pistes à l’étude. La donation Cligman ne sera finalement pas accueillie à Tours. De ce dossier à multiples rebondissements on retiendra surtout l’annonce du départ forcé du Jeu de Paume du Château, avant que la municipalité ne fasse marche arrière. 
La mobilisation des habitants et des associations du Sanitas – qui expriment depuis des mois leur volonté d’être entendus sur le projet de rénovation urbaine de leur quartier -  ne cesse de prendre de l’ampleur. 

Quant à la création de la Métropole, c’est grâce à la mobilisation des parlementaires de gauche et de droite que ce statut a été obtenu.  Il faut rappeler que les majorités de droite de Tours et Tour(s)plus avaient bloqué tout approfondissement de la coopération intercommunale, gelant en 2014 le processus qui devait mener à la création d’une communauté urbaine.  

Mais cette troisième année pourrait bien être la dernière du mandat de Serge Babary, tenté par les élections sénatoriales de septembre. Celui qui promettait d’être « un Maire à 100% »  a visiblement oublié de préciser qu’il ne le serait que pendant 50% de son mandat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire